JUSTCE ET RENOUVEAU DANS UN UNIVERS DE COOPERATION ET D'INTEGRATION - LES INFORMATIONS
 

Page d'accueil
Contact
Livre d'or
Se connecter au Site
LIENS UTILES 738
STATUTS DE LA JERUCI
LISTE DES MEMBRES DU BUREAU
LES OBJECTIFS
LES BULLETINS D'INFORMATIONS 858
LE FORUM DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE
=> LES INFORMATIONS
LES IMAGES
LES BULLETINS D'INFORMATIONS
LIENS UTILES
LE SOCIAL ET L'HUMANITAIRE
LES PROJETS DE LA JERUCI
DON A LA JERUCI
Déclaration universelle des droits de l'homme

Paludisme

 
Le paludisme (du latin paludis, marais[1]), appelé aussi malaria (de l’italien mal’aria, mauvais air [2]), est une parasitose due à un protozoaire transmis par la piqûre de la femelle d’un moustique, l’anophèle, provoquant des fièvres intermittentes. Avec 300 à 500 millions de malades et 1,5 à 2,7 millions de décès par an, le paludisme demeure la parasitose tropicale la plus importante. 80 % des cas sont enregistrés en Afrique subsaharienne, où ils concernent majoritairement les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes (OMS, 2005) (voir les régions à risques).

La cause de la maladie a été découverte le 6 novembre 1880 à l’hôpital militaire de Constantine (Algérie) par un médecin de l’armée française, Alphonse Laveran, qui reçut le prix Nobel de médecine et de physiologie en 1907. C’est en 1897 que le médecin anglais Ronald Ross (prix Nobel 1902) prouva que les moustiques (Anopheles) étaient les vecteurs de la malaria. Auparavant, c’était le mauvais air émanant des marécages qui était incriminé.

Les parasites Plasmodium (surtout P. falciparum – anciennement dénommé praecox –, P. vivax, plus rarement P. ovale et P. malariae) sont transmis par la piqûre de la femelle d’un moustique appelé anophèle (genre Anopheles). Le parasite sévit à l’état endémique, infecte les cellules hépatiques de la victime puis circule dans le sang, en colonisant les hématies (globules rouges) et en les détruisant.

Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (6 hits) Ici!
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=